lundi 21 juillet 2014

Ardèche 2014

C'est en vacances en Ardèche au Camping des Fumades, pas très loin de chez Patrick et à 20 km de chez Jean-Bernard que je séjourne avec ma petite famille.

Mardi soir 08/07, je m'aventure à Chadouillet afin de trouver l'entrée de la Cotepatière. Après m'être garé près du pont, je suis le chemin longeant la rivière. La rivière étant à sec, malgré les violents orages de dimanche et lundi. La crue serait-elle déjà retombée, ou ne serait-elle pas arrivée jusque là? Je traverse le nid de la rivière pour aller jusqu'à la résurgence de Peyrejal. Je peux apercevoir à quelques mètres de l'entrée le siphon.

Je reprends mon chemin vers la Cotepatière. Je ne me mouillerais pas pour arriver jusqu'à l'échelle, toujours aucune trace d'eau. Je traverse donc cette cavité de +-300 à 400 mètres, les galeries sont assez hautes avec quelques tournant mais aucunes possibilités de se perdre. Il y a qu'un seul cheminement à parcourir avec quelques concrétions à admirer. Je me baisse pour passer le passage bas afin d'arriver à l'aven qui sépare les deux grottes (La Cote patière et La Cocalhère). Je décide de faire demi-tour, le soir arrive et je n'ai pas ma lampe de secours. J'essaierais de revenir plus tard, avant la fin des vacances afin de prendre quelques photos et visiter la Cocalhère.

Jeudi 10/07, je rejoins Jean-Bernard à Barjac, il décide de m'amener dans l'Aven des Deux Gorges (n'y étant pas encore descendu). j'équiperais l'entrée jusqu'à plus ou moins -15 mètres. Un filet a été placé pour une étude sur la pollution des Grottes. Il n'y a pas de déchet sur le filet mais 10 mètres plus bas, nous pouvons apercevoir une vraie déchetterie (des pneus, poubelles, des plastics,...). Le sol en est remplis, il est malheureux de voir des spectacles comme celui là. Nous décidons donc de remonter tellement que nous trouvons cela décevant.



Après un bon petit repas dans les bois, nous allons vers un autre Aven ou Jean Bernard et Patrick ont fait quelques tirs afin d'agrandir un peu l'étroiture qui se situe pas très loin de notre première descente du jour. Patrick avait précédemment aperçu deux spits (voir article Rapport Gardèche 2014 1ère partie). J'équiperais jusqu'à la la petite salle pas très loin de l'entrée et JB prendra le relais pour passer l'étroiture et équiper le ressaut. Il descendra après le ressaut par un plan terreux inclinés pour arriver dans une salle avec un passage vers une deuxième petite salle. Je le rejoinds donc jusqu'à ce terminus. Car l'eau qui passe doit s'engouffrer dans un trou pas plus grand qu'un point et vu le niveau de terre qu'il y a JB me dit que ça n'aboutira pas pour lui.

La remontée fût très dure. En effet, je pense que si nous avions essayé d'allumer un briquet, il n'y aurait pas eu de flammes. Le niveau de CO2 (Patrick l'avait ressenti 15 jours auparavant) devait être assez important. Nous haletons comme des bœufs et remontons mètres par mètres sans forcer afin de garder notre lucidité. Nous déséquipons complètement la grotte, JB ne reviendra plus dans cette cavité, nommé Aven de Jean-Philippe (avant de savoir qu'elle avait déjà été parcourue). Affaire classé.

Lundi 14/07, je retourne comme je l'avais prévu la semaine d'avant, afin de faire des photos dans le réseau de la Cotepatière et de la Cocalhère. Cette fois-ci, je visite une partie du réseau de la Cocalhère, je n'irais pas jusqu'au bout étant à nouveau seul et ayant une heure de rentrée pour conduire les filles à leurs promenade en poneys. Il est quand même agréable de se promener dans un réseau avec quelques concrétions par-ci par là, des volumes bien plus important qu'à notre habitude en Belgique. Les couloirs ressemblent tantôt par une voie de métro et d'autres en diaclases rétrécissantes par le haut. Ces couloirs sont jonctionnés par des rabaissements.




Il est encore bien malheureux, comme on peut le voir sur une des photos la trace d'une main sur une des concrétions. J'ai voulu la prendre en photo pour bien montrer que nous salissons par notre passage et qu'il faut respecter le plus possible le milieu que nous prenons plaisir à explorer. Essayons de garder le milieu comme nous le voyons lors de notre passage pour que les suivants puissent aussi en profiter. Eviter de toucher lorsque la sécurité n'est pas de mise.


Mardi 15/07, une sortie était prévue avec des personnes de la région. Celle-ci a été annulée. Je pars donc accompagner la petite famille dans le train à Vapeur. Une autre sorte d'exploration. :)

Mercredi 15/07, après avoir vu la Cocalhère, je pars avec les filles voir la Cocalière. Bien entendu en touristique. La première salle et la salle des Gours est magnifique avec les jeux de lumières présents.











mercredi 9 juillet 2014


Rapport Gardèche  Eté 2014 (1ère partie)
Fin mai à début juillet.

Quelques bartasses de mises en jambes vers la baume des Italiens, vers Aubarine, vers l'aven du Nielou et Maurice, histoire de se réimprégner du milieu.

Jeudi 29 mai. Avec Jean Bernard, nous effectuons 4 tirs à la paille à l'aven du Charnier dans le boyau d'écoulement. On avance, mais rien n'est gagné, même si la suite est bien là.

Seul, je me rends six fois durant cette période au GNS ( Grotte des Nordistes chez les Sudistes ) pour effectuer cinq tirs à la paille, afin d'élargir le boyau terminal pour y voir revenir JB. Puis reprise de l'équipement (pose de goujons) dans la suite aérienne afin de redescendre dans l'amont et l'aval de la nouvelle diaclase perpendiculaire, haute et étroite. Pas toujours évident de percer dans ces conditions: à ma dernière sortie, je n'ai mis qu'un goujon, après avoir perdu écrou, plaquette et mousqueton!!! De quoi perdre son sang froid.
Le parcours pour arriver au fond de cette cavité est quant à lui toujours aussi galère, même si on a élargi ... Une demie heure à pousser ou tirer un kit de plus de 10 kilos dans des rampings étroits. Bienvenu aux amateurs, une "classique" en quelque sorte.

Début juin, weekend à la limite des Alpes de Haute Provence et de Hautes Alpes. L'occasion de faire une paire de balades. Une dans le ravin de Vallaurine avec de belles oppos à l'horizontale au dessus du torrent. Une plus délicate sous le pic de Crigne pour vérifier si une anfractuosité au pied d'une falaise ne serai pas un départ.

Cascade de Vallaurine. Les oppos se trouvent au dessus.

Strates de roches typiques de cette région.

Le cirque du torrent de la Pisse, sous le pic de Crigne.
Le faux départ est en haut à gauche au pied de la falaise.

Les coulées du torrent de la Pisse

Les dépôts calcaires en forme de champignons suspendus.

En contact par mail depuis plusieurs mois avec un jeune et sympa spéléo allemand, je le rencontre avec son père le mercredi 11 juin. On en profite pour aller voir une baume que je lui avais indiqué par mail et où après désobstruction il est passé. Une petite première de -3m et une petite salle. Bravo Jan.

Fond de la salle, peut être une suite...

Détail de concrétions

Le lendemain il me rappelle en fin de journée: " Patrick, je viens d'ouvrir avec ma copine une cavité et dedans il y a de la préhistoire, je ne sais pas quoi faire ". Je le rejoins, effectivement il y a vraisemblablement six crânes. Il a failli faire le septième, car lors de la désob, un bloc de plus de 200 kilos s'est détaché alors qu'il était dans l'ouverture. Dans la cavité cinq crânes semblent alignés, un autre est seul dans un petit couloir de l'autre côté du mur éboulé  élevé par les préhistoriques pour condamner la salle au niveau de l'ancienne entrée.
 L'entrée ouverte par Jan et Jana.

Deux crânes sous et à côté du bloc détaché de l'entrée.

Après bien des difficultés de télécommunications, je réussis à joindre l'archéologue en charge du milieu souterrain. Ce n'est que le 2 juillet que je me rendrai avec lui  pour faire les premières constatations et relevés archéologiques de ce site qui devrai dater de la fin du néolithique. Il décide à juste raison de condamner la cavité afin de la protéger et la conserver et permettre une étude ultérieure qui peut attendre pour ce faire dans les meilleures conditions scientifiques.
Une dalle de béton sera coulée sur l'entrée, l'emplacement ne sera pas indiqué.

Les crânes
 

Samedi 28 juin. Avec Jean Bernard, élargissement à la paille et descente dans un petit aven proche de l'aven des Deux Gorges sur Labastide. JB espére une première. N'ayant pas vu l'ouverture à l'origine ( JB y a déjà fait une paire de tirs) je ne sais que penser car le trou a vraisemblablement déjà été repéré. Il me laisse finalement descendre le petit puits, puis sa pente, je passe l'étroiture, derrière cela s'agrandit sérieusement par l'arrivée d'un autre aven bouché et redevient vertical. C'est là que je distingue 2 spits inévitables!!!
La présence de CO2 et la corde ne permettant pas d'aller très loin, je remonte pour laisser à JB le plaisir de passer avant moi lors d'une prochaine visite.

 L'entrée
Le Grand Equipementier dans son habit de cérémonie.










Participants: Jean Bernard Boulouis, Régis Brahic, Jan et Jana Seikowski, René Seikowski et moi même.
                   Philippe Galant Archéologue en charge du milieu souterrain pour le Sud de la France. En cas de                                           découverte, ayez le réflexe de le prévenir aussitôt sur le site de la DRAC: 
                                          < philippe.galant@culture.gouv.fr>



Patrick SOETENS





vendredi 4 juillet 2014

Formation Brevet B

 C'est avec Fabrice Dotreppe (formateur) et Paul que nous nous rendons du jeudi 26 au dimanche 29 juin à Montrons-le-Château.

Le vendredi nous descendrons dans le gouffre du Mont Ratey. La grotte est équipé que par des spits. La descente se fait par une succession de puits. A -160, un réseau entrecoupe la descente et permet d'aller voir un réseau concrétionné (la galerie de la Toison d'or). Nous avons pu visiter une partie de cette galerie et nous aurions pu voir plus si je n'avais pas oublié la corde à la base d'un puits.

tpst:11h30

Le samedi, nous partons vers le gouffre de Vauvougier. Ce sera un équipement différent car nous utiliserons les broches. En haut du puits, pendus à environs 50 mètres de haut, le temps que Paul finisse d'équiper, je ne faisais pas le fier. Nous irons jusqu'à l'étroiture et remontrons.

tpst: 7h00

Bilan: équipement correcte, manque de conditions physiques.

C'est un bon et agréable week-end que nous avons passé. Merci à Fabrice pour tout ses conseils.

Frédéric Courcelles

Participants: Pol Lessire, Fabrice Dotreppe et moi-même.